Un forum RP de la communauté Djaulienne : Un strip par jour et des events à gogo !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [nouvelle]Morte dans l'exercice de ses fonctions

Aller en bas 
AuteurMessage
Sin-dee
Staff - Admin
Staff - Admin
avatar

Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: [nouvelle]Morte dans l'exercice de ses fonctions   Sam 10 Fév - 15:37

Elle se trouvait à la mauvaise place, au mauvais moment. Elle s’est faite prendre, voilà tout. On a versé dans son crane ce liquide noir et bouillant, qui énerve les hommes. A ce moment précis elle ne se doute pas qu’elle sera la première victime de cette nuit sanglante. Tout ce qu’elle sait, c’est que le contenu de son crâne va bientôt être bu par un homme étrange. Le barman qui est en train de la tenir par la hanse, elle le sent, se méfie de cet homme. Il l’a présente pourtant à l’étranger avec un semblant de courtoisi, d’un simple « voilà votre expresso ». L’homme étrange la regarde de haut, il regarde le café bouillant à l’intérieur de son crane.

Elle s’attend à être bu, elle sait que l’homme va porter ses lèvres jusqu’à elle, et qu’il va prendre toutes les précautions du monde pour ne pas brûler son épiderme à son contact. Les hommes sont comme ça, ils sont sensibles au chaud. Même les plus endurcis, comme cet homme étrange au regard caché derrière ses lunettes de Soleil. De jolis lunettes rondes, teintées d’une légère touche de violet. Elles n’ont plus n’ont pas demandé à être là, mais elles se contentent de rester sur le nez de l’homme étrange. Cet homme étrange à l’allure sévère.

Finalement sa main finit par la saisir, avec l’autre il s’appuie sur le rebord du bar. Elle s’élève doucement, prenant le temps de regarder les clients alentour. Le bar n’est pas très rempli aujourd’hui, il est tard. Mis à part ça et là quelques habitués du coin.

L’homme souffle doucement sur elle, pour faire refroidir le café. Elle aime bien cette sensation. Malgré son air froid, cet homme est doux. Il a pourtant l’air d’un prisonnier qui se serait évadé de prison, d’ailleurs il ne paraît pas humain. Il ne l’est même surement pas, même le barman s’en est aperçu, il doit être l’une de ces créatures que les hommes de loi recherchent, celles qui ne sont pas considérer comme humain. Cet homme est sans aucun doute un loup-garou, car un humain ne peut cacher en lui tant de colère et être en même temps si doux.

Il porte le liquide à sa bouche, ses lèvres effleurent le bord glacé de la tasse. Elle frémit à ce contact, qui, malheureusement, ne dure que quelques secondes. Il devient soudain brutal, étouffe un juron, puis tape du poing sur le bar. De l’autre main il repose la tasse brutalement. Pendant sa descente elle a le temps d’apercevoir la voiture bleue. Une de celle qui font beaucoup de bruit, et qui roulent plus vite que les autres en allumant d’étranges lumières rouges et bleues. Celle-ci ne fait pas de bruit, mais ses étranges lumières balayent l’intèrieur du bar. Personne n’aime les gens qui en sortent, les policiers, pas même le barman, et surtout pas l’homme étrange, à présent très en colère.

Peu de temps après que la voiture se soit garé, les deux policiers entrent en menaçant l’homme. L’un d’eux tient un fusil de chasse, qui tire des seringues. Dans la seringue il y a un produit spéciale qui endore les bêtes sauvages. Elle a déjà vu ce genre d’arrestation musclée, sur la télé qui trône au dessus du bar. Ensuite les agents de police vont surement capturer le loup-garou, puis lui appliquer une marque étrange au fer rouge, sur une partie de son corps qu’il auront pris au hasard. C’est comme ça que l’on s’occupe des loup-garous, on les marques à la magie, puis on les relaches. S’ils font des bêtises, on les repère tout de suite grâce à la marque, ainsi on peut les arrêter plus facilement.

Elle se rend soudain compte du danger, car à ce moment l’homme se saisit du tabouret sur lequel il était assit, puis il le lance sur l’homme au fusil, qui est resté devant l’entrée, la porte ouverte. Il n’a pas le temps de tirer avant de se prendre l’objet en pleine tête, il tire seulement qu’après. La seringue s’écrase au sol, son aiguille se casse et un pieds de table arrete sa course. Le policier retombe au-dehors. C’est à ce moment précis que son collègue, qui s’était placé sur le coté en renfort, sort son revolver et tire, deux coups…

« Bang… bang. »

Ils résonnent dans toute la pièce, l’un d’eux perce le bras de l’homme dans une gerbe de sang, l’autre se perd, et se dirige droit sur la tasse. Elle explose en mille morceaux, répandant son fluide noir et brûlant sur le bois du bar, personne ne se rend compte qu’elle vit ses derniers instant en tant que tasse. Plus tard, quand la tension sera retombée, c’est le barman qui la ramassera en personne, mais pour l’heure il se fiche éperdument d’elle. Il a peur pour sa propre vie, tous les hommes sont ainsi.

L’homme loup-garou, lui, est en train de souffrir, ou peut-être fait-il semblant. Lorsque le policier au revolver s’approche, il se plie sur son bras. A ce moment-là tout le monde sait qu’il ne va pas tarder à ce transformer. D’ailleurs c’est ce qu’il fait quand l’homme commence à pointer son arme vers le sol. Il se transforme brutalement, et griffe son assaillant au visage.

Son visage se rougit de son propre sang, mais il survivra, pas comme son collègue. Ce dernier, après être tomber sur le trottoir, s’est relevé, puis il a rechargé son fusil aussi vite qu’il le pouvait. Il ne sait pas encore qu’il ne verra pas le Soleil se lever, mais à présent il entre dans le bar à nouveau, pointe son arme sur le loup-garou. Cette fois-ci il se retrouve comlétement dans l’impossibilité de viser, car le monstre, dont les lunettes sont tombées durant sa transformation, vient d’appliquer son énorme main sur son visage. Il se sent propulsé une nouvelle fois à l’extérieur, quand il rouvre les yeux il a à peine le temp de voir sa proie s’enfuir à toute allure.

Il se relève presque aussitôt, conscient qu’il n’aura pas deux occasions comme celle-là de capturer le fugitif. De plus, il a quelque chose à prouver par rapport à son collègue. Il monte dans la voiture, et démarre en trombe, tout en allumant la sirène. Il roule vite, et pourtant le monstre est encore loin devant lui. Il court bigrement vite ! Mais il n’a pas le droit de le rater. Il doit prouver ses talents aux autres. « Le mago », qu’ils l’appellent ses collègue. « Le mago », juste parce que lui a des pouvoirs magiques et pas eux. Ils sont jaloux, il le traite comme un moins que rien, tout simplement parce qu’il est nouveau. Et parce qu’il a des pouvoirs qui leur font peur.

Le monstre commence à ralentir l’allure, il est fatigué, il slalome entre les voitures pour le semer. Peine perdu ! Le policier peut très bien passer au travers grâce à la magie. Bien que cela le fatigue énormément, il n’y fait pas attention. Il est tout a fait normal de saigner au niveau des mains et de la tête lorsqu’on utilise ce genre de magie. Il ne craint pas la douleur.

Soudain le loup-garou tourne sur le bas-coté, d’un mouvement rapide et bestial,la voiture
de police a du mal à reproduire ce mouvement. Elle dérape et ses pneus supplient lorsque les tyranniques plaquettes de frein les font s’écorcher sur l’asphalte. Les phares se tournent pour éclairer un petit jardin, où le loup-garou est parti. Le policier laisse la voiture allumé, les phares éclairant un grand saule pleureur.

Il sort de la voiture, prend son arme. Son exitation lui fait prendre des risques énormes. Il ne rend pas compte qu’il va mourir. Il ne sait pas que le loup-garou va soudainement surgirent d’un des plus haute branches de l’arbre, qu’il va tirer, viser juste même. Il ne sait pas que le produit anesthésiant n’agira pas avant vingt-cinq secondes environ, et que pendant ce temps il va ce faire lacérer le visage, et à moitié manger par le monstre.

Il ne sait rien de tout cela, et, lorsqu’il entend un arbre dans les branches de l’arbre, il se contente de pointer son fusil vers le haut. Le loup-garou, lui, a bien deviné qu’il ne se fera pas attraper ce soir, en tout cas pas par lui. Il saute sur sa proie, et la tue.

La nouvelle arrivera le lendemain dans les journaux. Tous parleront du loup-garou tueur qui est toujours en liberté, tous mentionneront le policier mort à proximité d’un jardin, et son collègue, blessé au bar. Personne ne parlera de la tasse à café, elle aussi morte dans l’exercice de ses fonctions…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[nouvelle]Morte dans l'exercice de ses fonctions
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les armures dans D&D 3.5
» Que faire comme exercice physique avec un platre ?
» Nouvelle classe dans Dofus !!!!!!!!!!!!!!!!!
» Mise à jour de la liste des cartes bannies et du réglement d
» Une nouvelle patate dans le jardin de terra !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bidul O'Tron :: Section bidules :: Bidul O'textes :: [HRP] Textes-
Sauter vers: